Assemblée générale de l’Institut Pierre Mauroy le 6 décembre 2018


L’assemblée générale annuelle de l’Institut Pierre Mauroy se tiendra le jeudi 6 décembre 2018 à partir de 15 h. à Paris dans les locaux du Sénat. Elle sera suivie d’un colloque intitulé « pierre Mauroy, une passion syndicale et associative »

Pierre Mauroy, une passion syndicale et associative

Colloque du 6 décembre 2018, Sénat

Comme chaque année depuis 2013, l’Institut Pierre Mauroy organise le 6 décembre 2018, au Sénat, sa cinquième rencontre, intitulée « Pierre Mauroy, une passion syndicale et associative ».

On connaît bien le Pierre Mauroy animé par la passion de la vie, de la décentralisation, de l’Europe ou encore du parti socialiste1. On connaît moins le Pierre Mauroy passionné de syndicalisme et de vie associative. Pourtant, dans les années cinquante, tout en assurant ses fonctions de secrétaire national des Jeunesses socialistes, le futur Premier ministre, alors professeur d’Histoire et de Géographie, avait été élu secrétaire général du syndicat des Enseignements techniques (SNETAA), l’un des syndicats de la Fédération de l’Education Nationale (FEN). Il a même envisagé de devenir secrétaire général de la FEN, comme on le lui proposait. Mais il y renonça, happé par une autre passion, celle du monde associatif et de la Fédération Léo Lagrange qu’il avait créée en 1951 et dont il était le secrétaire général.

Par l’intermédiaire de cette institution d’éducation populaire, d’animation de loisirs et de culture, à laquelle il a donné le nom de ce ministre du Front Populaire qu’il admirait tant, il entendait faire venir au socialisme des jeunes qui n’auraient jamais franchi la porte d’un parti politique. Plus tard, devenu Premier ministre, il créera au sein de son gouvernement un « ministère du Temps libre » qui fait écho au sous-secrétariat d’Etat aux Sports et à l’Organisation des loisirs de Léo Lagrange, en 1936 dans le gouvernement Blum.

C’est cette double passion de Pierre Mauroy que cette rencontre a l’ambition de rappeler, avec celles et ceux qui y ont participé ou qui y participent encore. Elle permettra de développer la vision qu’il avait du syndicalisme et de la vie associative et l’action qu’il a conduite dans ces deux domaines, convaincu qu’ils « peuvent servir le socialisme au sens le plus élevé du terme », selon ses propres mots issus de ses « Mémoires ».

1 Cf. les quatre premiers colloques organisés par l’IPM

Télécharger le programme